Comment régler le problème des passoires thermiques à Strasbourg ?

Comment régler le problème des passoires thermiques à Strasbourg ?

Quelle est la situation énergétique à Strasbourg ?

État des lieux de la situation

Avec plus de 35 % de logement classé comme "énergivore", la ville de Strasbourg fais face à un véritable défi énergétique.

En effet, la Loi Climat interdisant la location de logements "énergivores" d'ici à 2025, pousse les propriétaires et bailleurs à accélérer la rénovation énergétique des bâtiments. Pour faire simple, tout bien obtenant une note DPE (Diagnostic de Performance Énergétique)  de G seront interdits à la location d'ici à 2025. Idem pour les biens classés F à partir de 2028.
Cependant, rénové une ville comme Strasbourg n’est pas chose aisée. Et la ville fais face à de nombreuses contraintes.

(photo-article-blog-strasbourg-carte-passoires-energetique)

La loi Climat

Qu’est-ce que c’est ?

Votée en 2019 par le Parlement Français, la Loi Énergie Climat est une loi créée pour faire face à l’urgence énergétique et climatique. Son objectif premier : la neutralité carbone, c'est-à-dire la division par au moins 6 de nos émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2050.

La législation s'inscrit dans un processus croissant de législation nationale et internationale qui vise à mieux prendre en compte les enjeux énergétiques et climatiques. Cette loi fait notamment suite au Grenelle de l'environnement et à la concertation sur l'énergie de septembre 2012 et du débat national et citoyen sur la transition énergétique de novembre 2012, suivi par la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015.

Comme dit précédemment, l’objectif principal de la loi Climat est la neutralité carbone. Cette législation s’articule autour de cinq thématiques majeurs : Se déplacer, se nourrir, produire et travailler, consommer et enfin, celle qui nous intéresse le plus dans cet article : se loger.

Cela se traduit par une implantation progressive de différentes normes et législations dans ces domaines qui ont pour vocation de nous faire changer nos habitudes pour les rendre compatibles avec cette loi.  

Quelles mesures dans l’immobilier ?

Dans le secteur de l’immobilier, la Loi Climat va instaurer plusieurs mesures et normes visant à réduire l’impact énergétique des logements. Tout d’abord, pour l’objectif majeur, la suppression des passoires thermiques, cela passe par exemple par la mise en place d’aide financière pour les travaux de rénovation, l’interdiction de construire de nouveaux centres commerciaux nécessitant une artificialisation des sols, la division par deux de la bétonisation d'ici à 2030 ou encore la couverture de 30 % du territoire par des aires protégées.
L’État souhaite également, d'ici à 2025, créer des ZFE (Zone à Faibles Émissions) dans toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants.

Aussi, pour parler de normes directement portant directement sur le DPE, l’État souhaite instaurer l’audit énergétique obligatoire pour tout logement mis en vente classé E ou inférieur et interdire la mise en location de tout logement classé G.
D'ici à 2028, la mise en location des logements classés F sera interdite. Cette interdiction s’étendra aux logements classés E dès 2034.

Le diagnostic de performance énergétique :

Définition

Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) renseigne sur la performance énergétique d'une habitation ou d'un bâtiment (étiquettes A à G), il évalue la consommation d'énergie du bien et son impact en termes d'émissions de gaz à effet de serre.

Obligatoire pour toute vente ou location, le DPE s'inscrit dans une politique énergétique définie au niveau européen pour réduire la consommation énergétique des bâtiments et limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Instauré depuis 2006, le DPE à connu d’importantes modifications à travers les années. Depuis juillet 2021, une nouvelle méthode de calcul pour le Diagnostic de Performance énergétique est entrée en vigueur.  Une nouvelle méthode de calcul, la méthode 3CL-DPE-2021, se veut plus fiable, et rend les rapports plus lisibles, explicite et surtout opposable.

Les consommations énergétiques étudiées par le DPE.

L’ancienne version du DPE s’appuyait uniquement sur les factures énergétiques fournies par le propriétaire pour élaborer la note énergétique. Aujourd’hui, les facteurs pris en compte sont plus larges et permettent une note DPE plus fiable.
Le nouveau DPE prend donc en compte 5 consommations énergétiques :

  • Le chauffage
  • L’eau chaude
  • La climatisation
  • L’éclairage
  • Les auxiliaires (ventilation/chauffage/eau chaude et refroidissement)

Cette méthode prend donc en compte à la fois les consommations d’énergie primaire et les émissions de gaz à effet de serre associées.
La note DPE obtenue à l’issu de ce diagnostic correspond ainsi à un double facteur : la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre.
Cette nouvelle méthode de calcul prend également en compte la situation géographique du bien afin de mieux rendre compte de la réalité. Ainsi, le département ou l’altitude du logement peuvent influer sur la note finale.

Si vous vous posez encore des questions sur le DPE ou que vous êtes simplement curieux et souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur cet article qui vous explique tout ce qu’il y a à savoir sur le DPE.

(photo-article-blog-strasbourg-dpe)

Quels enjeux et quelles solutions pour préserver Strasbourg de ses passoires énergétiques ?

La préservation du patrimoine, un enjeu de taille :

Avec près de 750 co-propriétées considérées comme dans un état dégradé aussi plus de 35 % du parc immobilier Strasbourgeois concernés par ces nouvelles normes, la ville frontalière fait face à un défi de taille.
Cependant, le problème ne s’arrête pas là. En effet, deux grands quartiers de Strasbourg sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. La Grande Ile, classée depuis 1988, et Neustadt, classé depuis 2017, représente autant culturel qu’écologique. La ville doit donc trouver des solutions de rénovation sans dénaturer son paysage historique.

Suzanne Brolly, adjointe à la Maire de Strasbourg, affirme que "La collectivité est en contact régulier avec la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement et les architectes des bâtiments de France pour faire au mieux en respectant l'aspect visuel".
Isolation par l’intérieur, choix de cadre de fenêtre spécifique, choix de type de vitrage spécifique. Pour rénover Strasbourg, les petits détails feront les grandes différences.

(photo-article-blog-strasbourg-architecture)

Rénover le parc social

Ophéa, le principal bailleur de l’Eurométropole, travaille depuis 2014 sur plusieurs programmes de réhabilitation énergétique. Avec plus de 450 millions d’euros investis dans un projet de rénovation courant de 2014 à 2019 et un rythme de 1000 rénovations par ans. Sur les 20 000 logements gérés par Ophéa, seulement une poignée sont estimées être encore classé G ou F à l’horizon 2025.

Rénover le parc privé

Malgré tout, la rénovation du parc privé s’annonce plus ardue. En effet, pour entamer des travaux, il faut impérativement l’accord de tous les copropriétaires. Chose difficile quand on sait que 80 % du parc privé Strasbourgeois est composé de logements collectifs.

Bien que très investie et déjà très active en matière de rénovation énergétique, la ville de Strasbourg fait toujours face à un frein de taille : la rénovation du parc privé et la préservation de son patrimoine culturel.
Le DPE devient donc de plus en plus important pour toute vente ou location d’un bien. Pour faire établir un Diagnostic de performance énergétique par un de nos 300 diagnostiqueurs partenaires certifiés ou simplement obtenir un devis gratuitement, n’hésitez pas à cliquer ICI !